Culture en plein champ

Si tu ne vas pas au monde, fais venir le monde à toi. Ce pourrait être la devise du Café Boissec de Larbey, planté au beau milieu de la Chalosse.

IMG_7179

Le croisement de la D8 qui relie Sain-Aubin à Caupenne, et de la route menant de Maylis à Poyaller. Sans doute le dernier endroit où l’on aurait l’idée de présenter des pièces de théâtre, de donner des concerts, des cours de yoga, de danse tahitienne, d’organiser des ateliers créatifs et artistiques, de mettre sur pied un système d’approvisionnement en produits du terroir ou encore d’installer une bricothèque, dernière trouvaille en date.

Pourtant il se passe tout ça au Café Boissec et le monde vient à lui. De Mugron, de Montfort, d’Hagetmau, de tous les petits villages de Chalosse et désormais, de bien plus loin encore. Ouvert il y a trois ans, ce lieu improbable a su trouver sa place sur la carte culturelle de la région. Une réussite difficile à imaginer quand Julien Ducos, par le biais de l’association Sac de Billes, a décidé il y a trois ans de réinvestir ce lieu. Au départ pour y faire des ateliers théâtre. « On a créé d’autres activités qui ont bien pris, l’association s’est développée et le café est rapidement devenu un véritable lieu culturel. Mais on tient à rester sur des événements à taille humaine. L’essentiel est de préserver l’ambiance conviviale et rurale qui fait que les gens se sentent bien ici. »

IMG_4809

Cela donne une programmation très variée, à raison de deux à trois concerts par mois, des représentations de théâtre, des journées thématiques, des actions en faveur des écoles et des publics spécifiques, et une multitude d’ateliers ouverts à tous (chorale, danse, musique, yoga, arts plastiques, couture, petite enfance…), qui font vivre le café tout au long de la semaine. Le café Boissec est aussi un lieu de formation et de création qui accueille des artistes en résidence et permet à des compagnies de théâtre professionnelles de monter leurs futurs spectacles. La rénovation des granges attenantes va d’ailleurs entraîner l’installation de cinq compagnies mais aussi l’ouverture d’une bricothèque, où chacun pourra emprunter du matériel et se faire conseiller, et l’installation d’un point de distribution de produits du terroir sur le modèle de « la Ruche qui dit oui ».

IMG_6357

Dix salariés permanents, venus des alentours ou de l’autre bout de la France, assurent la gestion, la programmation et l’animation du lieu. 200 bénévoles participent activement à la structure et plus d’un millier d’enfants profitent chaque année des animations extérieures de l’association, sans compter les milliers de personnes qui franchissent les portes du café chaque année, venues de tout le département et d’au-delà.

Car finalement, les plus difficiles à convaincre auront été les habitants de Larbey eux-mêmes. « C’est en train de changer, estime Rémy Canton, régisseur du lieu. Nous sommes allés vers les anciens à l’occasion des 130 ans du Café, pour retracer avec eux son histoire. Ce fut d’abord une boulangerie, une épicerie, un bar-restaurant, une station-service et même un cinéma et un théâtre dans l’entre-deux-guerres… Les voisins ont compris qu’on respectait ce lieu, qu’on n’oubliait pas son passé et qu’on voulait seulement le faire revivre. »

Café Boissec, le Bourg, Larbey
www.sacdebilles.fr, 05 58 97 57 93

Publié dans Terres des Landes #3 (2015). Photos Café Boissec.