Les enfants du soc

Cluzo1

Qu’est-ce qui fait vibrer Laurent Lacrouts et Mathieu Jourdain de The Inspector Cluzo ? Courir le monde pour déverser leur rock énergique sur des foules de fans, ou braver les frimas du petit matin pour gaver leurs oies dans la solitude de leur ferme d’Eyres-Moncube ? Deux vies opposées en apparence mais qui suivent une même logique, celle du « do it yourself ». Sur scène comme à la ferme, le duo landais agit en totale indépendance, avec engagement, conviction et passion, le tout relevé à la sauce gasconne.

Les mêmes en concert en Corée du Sud !
Les mêmes en concert en Corée du Sud !

En six années et quatre albums (le dernier, « Gasconha Rocks », vient de sortir aux Etats-Unis), The Inspector Cluzo a acquis une renommée internationale qui l’a conduit à travers 44 pays pour près de 600 concerts : Allemagne, Belgique, Autriche, Europe de l’Est, Canada et Etats-Unis mais aussi régulièrement en Asie (Japon, Inde) et même jusqu’en Afrique du Sud.

Mais le succès ne leur a pas fait pas oublier d’où ils venaient : en 2013, ils achètent « Lou Casse », une vénérable ferme perchée sur les hauteurs d’Eyres-Moncube. Une version chalossaise de la Villa Nellcôte, sur la Côte d’Azur, où les Rolling Stones ont enregistré le mythique « Exile on Main Street ». Sauf qu’on préfère ici aux pilules d’acide le maïs en grain et aux poules de luxe, les oies gasconnes.

Laurent et Mathieu nettoient d’abord les granges, remontent le crip où sèche le maïs, défrichent les prairies, retournent la terre du vieux potager, clôturent leurs parcelles et installent leurs premiers palmipèdes. Puis ils commencent à gaver leurs oies et leurs canards à l’ancienne, préparent leurs pâtés, rillettes, foies et confits, qu’ils vendent le samedi matin au marché Saint-Roch de Mont-de-Marsan, ou sur leur site internet. « Je me suis rendu compte que la seule manière de retrouver le goût des oies de ma grand-mère, c’était de les faire moi-même », sourit Laurent.

Cluzo8

Cluzo7

L’occasion de retrouver aussi le goût de « l’ayudère », cette solidarité des campagnes gasconnes qui fédère voisins et amis autour des travaux de la ferme. « Quand ils nous ont vu arriver avec nos cheveux longs, les anciens se sont posé des questions, se souvient Laurent. Mais tous nous ont aidés et maintenant, ils nous prennent au sérieux. » Leurs fans aussi, qui attendent la sortie du cinquième album « Rockfarmers », en cours d’enregistrement, et le documentaire du même nom réalisé par Yan Sourigues, dans les pas de ces deux Gascons aux racines profondes et aux ailes déployées.

Ferme « Lou Casse », Eyres-Moncube : www.theinspectorcluzo/loucasse.html

Publié dans « Terres des Landes » #3 (printemps 2015)